3ZAENGINEERING,  le Dataculteur© tout terrain

19 novembre 2018

3ZA ENGINEERING, crée en 2015 par Jean-Yves Cadorel, fournit des solutions globales pour l’internet des objets dans des environnements interactifs et connectés.

Contrôle d’accès, conservation préventive d’œuvres d’art,  suivi des travailleurs isolés mais aussi prévention des risques en entreprise… le terrain d’expertise de 3ZA est très vaste.

Une croissance à deux chiffres
La startup a récemment intégré le LORIAS, pôle Défense installé au LAB’O Village by CA Orléans, dont l’objectif est d’optimiser la gestion et la mise à disposition des données collectées dans les airs, sur terre ou en mer. « C’est un formidable vecteur d’innovation pour nous, nous travaillons des solutions de géolocalisation indoor et facilitons la remontée d’informations du terrain en temps réel. » 3ZA a ses entrées dans bien d’autres sites confidentiels : au CNES, son équipe est allée en Guyane tester sa solution avant le lancement d’Ariane 5 (sonde euro-japonaise BepiColombo) sur la base de Kourou.  Et plus récemment en Allemagne où une équipe travaille sur des applications confidentielles visant à éviter les pannes et renforcer la sécurité ferroviaire. « Sur le territoire de la métropole orléanaise, nous œuvrons pour la conservation des œuvres au Musée des Beaux-Arts ainsi qu’à la médiathèque. »

Un développement à l’international
Avec un chiffre d’affaires de 330 000 € pour le dernier exercice, Jean-Yves consolide cette année sa croissance à deux chiffres et se développe à l’étranger, notamment vers l’Asie. Un déplacement à Séoul est prévu très bientôt pour un contrat de collaboration technologique. Et 3ZA ira présenter ses différentes solutions en Chine en 2019 aux côtés d’un groupement de quatre autres résidents du LAB’O (Styx, VoxM, projet I/O, Protomotech), dans la perspective de l’exposition universelle à Shanghai. Après avoir suivi le programme SAXO45 d’Orléans Val de Loire Technopole, 3ZA  est désormais inscrit au programme Scale Up proposé par la région Centre-Val de Loire pour réussir sa levée de fonds estimée à 1,6 millions d’euros dans les 10 prochains mois.

Si Jean-Yves a candidaté aux Trophées des entreprises, c’est qu’il estime aujourd’hui vivre un seuil fatidique pour son entreprise et veut continuer à se faire connaître. « Depuis notre installation au LAB’O, nous sommes entourés de personnes bienveillantes, d’experts très pointus et de professionnels qui nous font confiance. Je vois cette nomination comme une reconnaissance de tout le travail réalisé et cela nous aide à aborder l’avenir sereinement ».

 

Dataculteur : comprenez « qui cultive les données » (marque déposée par 3ZA)